Aller au contenu
Dimanche 23 juin fermeture de la rue Lucien Plasman de 10h30 à 12h.

Saint Georges terrassant le dragon

Collection

Décembre 2015

Décembre 2015
Rodez (?) – Anonyme – fin XIVe siècle

L’épopée de saint Georges tient davantage de la légende que de l’histoire. Saint Georges terrassant le dragon -le bien triomphant du mal- est très présent dans l’imagerie populaire. Dans la pièce présentée ici, saint Georges portant l’armure de chevalier n’est pas à cheval mais debout avec sous ses pieds, le dragon vaincu. Il lève sa main droite brandissant une lance, aujourd’hui disparue. Le héros et la bête se fixent du regard avant l’ultime geste mortel.  Le saint Georges de haute stature est d’allure flegmatique, se dressant avec calme au-dessus du dragon de taille modeste. Le monstre n’a de terrifiant que la gueule ouverte qui laisse entrevoir des dents pointues et des pattes munies de griffes acérées.

L’armure est aussi bien une protection qu’un signe extérieur de richesse. C’est au XIVe siècle qu’apparait l’armure complète comme représentée ici, avec cuirasse, ceinture militaire, cubitières (coudes), gantelets, cuissots avec attaches visibles, genouillères et solerets (pieds). Les cottes de mailles sont ici encore visibles au niveau du cou et des épaules. Le saint porte une ceinture militaire composée d’éléments carrés en vermeil ornés de quadrilobes émaillés en rouge.  À cette époque, seuls les chevaliers peuvent porter une ceinture militaire richement ornée.  Des traces de vermeil se retrouvent également dans la chevelure.

Le socle en marbre est plus tardif.

Argent, vermeil, émail.
H. avec socle 57,5 cm.
Provenance : 1978, Donation Claude et Juliette D’Allemagne.
Inv. n°sda036

Pas de poinçons.

Le Saint Georges est actuellement présenté dans l'exposition "Think Nature - Mr. Plant" jusqu'au 1 septembre 2024.

Retour en haut