Aller au contenu

Domaine du Château de Seneffe

Collection En Ligne

Tapisserie « à grotesques »

avril 2016

Manufacture royale de Beauvais – d’après Jean-Baptiste Monnoyer – début XVIIIe siècle

Cette tapisserie fait partie des tentures dite « à grotesques » d’après les cartons de Jean-Baptiste Monnoyer (1636-1699). Elle est tissée en basse-lisse à la manufacture de Beauvais, sous la direction de Philippe Behagle. Cette série est reproduite à de nombreuses reprises entre 1688 et 1732 avec différentes variantes. La composition s’inspire du style des grotesques remis au goût du jour par l’ornemaniste Jean I Bérain. L’agencement s’organise autour de fines structures architecturales qui délimitent trois espaces. Tout autour, des fleurs, des vases, des oiseaux, des carquois et des lambrequins remplissent l’espace de façon symétrique.

La couleur de fond, caractéristique de cette série, est un jaune dit « tabac d’Espagne ». Pour les éléments décoratifs, c’est le rouge qui domine.

La scène se déroule tel un spectacle de théâtre sur une estrade à laquelle on accède par deux petits escaliers séparés par un treillis feuillagé et fleuri. Au centre de la composition, Melpomène, la muse de la tragédie dans la mythologie grecque, est assise sur un nuage flanquée de deux lions. Le masque de la tragédie qu’elle tient dans sa main droite permet de l’identifier. Vêtue d’une robe drapée, elle est chaussée de cothurnes, chaussures lacées à semelle épaisse utilisées par les acteurs tragiques grecs pour rehausser leur taille. Sous des arches de vignes se déroulent de part et d’autre, deux scènes secondaires présentant des dompteurs d’animaux, à droite de chiens, à gauche de lions. Tous les règnes sont harmonieusement représentés : le règne minéral (sol et structures de décor en marbres colorés…), le règne végétal (vignes, bouquets et guirlandes de fleurs…), le règne animal (chiens, lions et oiseaux…).

La bordure à fond blanc présente un décor de grotesques composé de lambrequins, d’instruments de musique, de masques, de sphinges, de cariatides, d’oiseaux, de brûle-parfum, de bouquets de fleurs. Dans deux cartouches identiques figure un mandarin chinois assis tenant un parasol. La bordure porte dans les angles les initiales ADC.

Laine et soie.
H. 3,80 m ; L. 4,18 m. Provenance : 1971, acquisition Communauté française. Inv. n°SM028.
La tapisserie est actuellement conservée dans nos réserves.