Aller au contenu

Domaine du Château de Seneffe

Le Parc et les Jardins

Le parc et les jardins de Seneffe: un lieu de promenade et de découverte.

Destiné aux promenades et aux divertissements, le Parc du Domaine du Château de Seneffe sera également un lieu d’expositions en plein air, un espace événementiel où les visiteurs se laisseront séduire par la beauté des lieux et la magie des manifestations qui s’y déroulent chaque printemps et été.

Des artistes de renommée internationale s’emparent de l’espace pour y exposer leurs œuvres chaque année. A chaque fois, une nouvelle thématique et de nouvelle rencontres entre les artistes et le public.

Un écrin de verdure, un espace d’ouverture

Restauré dans l’esprit des premiers occupants, le Parc du Domaine du Château de Seneffe s’étire sur une superficie de 22 ha. Les tracés réguliers d’origine sont rehaussés par une scénographie de plantations qui évoquent l’âme d’antan, mais dont l’harmonisation tient compte des leçons du passé. À l’arrière du château, le grand bassin doté de deux bras, est ponctué d’un jet d’eau de 15 mètres de haut. Entre le château et le grand bassin, des allées de tilleuls en berceau prolongent les galeries situées dans la cour d’honneur. À l’arrière du Théâtre, se trouve une zone plus « sauvage » semée d’essences diverses. L’étang a retrouvé son aspect d’origine et se prolonge par une forme en goutte. Un petit pont enjambe la pièce d’eau pour rejoindre l’île romantique.

La nature dans le Parc

Outre son grand intérêt architectural, Seneffe est aussi le domaine d’une nature tantôt contrainte, tantôt libérée.

A l’abri du mur d’enceinte qui les isole de l’extérieur, vivent différentes communautés de végétaux et d’animaux. A l’ombre des hêtres fleurissent en hiver les perce-neige et, au printemps, des tapis bleus de jacinthes des bois, assez rares dans la région.

Dans les hautes ramures des frênes, des tilleuls ou des sycomores, on peut entendre la mésange, le rouge-gorge, le rouge-queue, l’accenteur mouchet ou la sittelle. Pour attirer ces oiseaux des bois et des parcs, une grande variété d’arbres à baies a été plantée près de la volière.

En bordure de l’étang, c’est le royaume des plantes aquatiques et des grenouilles. Et si l’on ne peut rencontrer de grands animaux au détour d’un chemin, il n’est pas impossible d’apercevoir la queue blanche d’un lapin, la fine silhouette d’une belette ou, tard le soir, la boule piquante du hérisson.

Partie paysagère du Parc

Dans la partie située entre le jardin du théâtre et le fond du parc, on établit, à partir de 1780, un jardin irrégulier sans modifier la structure géométrique originelle. Alors que le style régulier régnait sur toute l’Europe depuis le Moyen-Age, l’Angleterre développa, à partir des années 1720, un style irrégulier, faisant appel à de nombreuses essences exotiques. Répondant à un besoin de liberté et de retour à la nature, ce nouveau style “ paysager ” gagna toute l’Europe vers 1775 et fit fureur aussi au siècle suivant.

Dans le jardin paysager de Seneffe, dessiné par l’architecte parisien Brongniart, un ruisseau serpente en petites cascades depuis le fond du parc et aboutit à un étang avec un îlot en monticule. Pour cette création furent plantées des nouveautés, telles que cyprès, ébénier, mélèze d’Amérique, pin d’Ecosse, catalpa, érable de Virginie, thuya ou magnolia.

 

Pour découvrir le Parc de Seneffe et s'y orienter: téléchargez notre plan